Prévenir la diarrhée du voyageur : conseils

La règle générale : „Cook it, peel it or forget it “

Ce truc « mémotechnique » est aussi simple qu'il est efficace pour prévenir la diarrhée du voyageur : Cook it, peel it – or forget it. Ce qui signifie : si tu ne peux pas le cuire ou, si tu ne peux pas l'éplucher, alors tu ne devrais pas le manger.

« Pas touche » est aussi valable pour :

  • les fruits non épluchés
  • la salade
  • la viande/les crustacés pas bien cuits
  • les poissons crus

Gardez un œil sur le choix des boissons

L'eau du robinet peut, dans certaines zones touristiques, être contaminée par des germes pathogènes. La prudence est dans ce cas nécessaire. Buvez de préférence uniquement de l'eau dans son emballage d'origine ou de l'eau bouillie.

Il est conseillé de renoncer aux glaçons quand vous consommez des boissons car ils sont généralement fabriqués à partir d'eau du robinet.

Le bon conseil : Pour se brosser les dents, on peut très bien utiliser de l'eau en bouteille.

Bioflorin® – prévenir et traiter la diarrhée du voyageur

Bioflorin® offre une certaine protection biologique pour la flore intestinale ; il a fait ses preuves non seulement pour le traitement, mais aussi pour la prévention de la diarrhée du voyageur. Grâce aux bactéries intestinales ( Enterococcus faecium SF68®) Bioflorin® lutte contre les germes pathogènes et empêche que ceux-ci se fixent sur la muqueuse intestinale. La meilleure solution pour conserver l'équilibre fragile de la flore intestinale et pour ne laisser aucune chance à la diarrhée du voyageur.

Le petit plus : En raison de sa tolérance particulièrement bonne, Bioflorin® convient à toute la famille y compris aux nourrissons. Pour la prévention de la diarrhée du voyageur, une dose journalière de 2 capsules par jour est conseillée.

Bioflorin® est disponible sans ordonnance dans votre pharmacie ou droguerie.

Pour de plus amples information, consultez Bioflorin®.

Éviter les « nids potentiels à salmonelles »

Les salmonelles se multiplient déjà à des températures dépassant les 10°. Si certains plats ne sont pas conservés au frigo dans les régions clémentes, ou si la chaine du froid est interrompue pendant trop longtemps, le risque d'infection augmente

La prudence est de mise en particulier avec les mets qui contiennent des œufs crus (p.ex. tiramisu), la mayonnaise ou encore la crème glacée.

Une viande pas assez cuite peut aussi contenir des salmonelles – car « ces bestioles » ne sont éliminées qu'à des températures supérieures à 70°. Malheureusement, il est possible de s’infecter avec des salmonelles et d'autres germes en consommant des fruits, des salades et de légumes, si ceux-ci ont été préalablement contaminés dans une cuisine ou sur le marché.

Suivez votre intuition

Notre intuition est souvent de bon conseil, en particulier pour ce qui est de l'alimentation. Suivez donc votre intuition lors que vous voyagez : quels sont les aliments qui me tentent ? Quels sont ceux dont je me méfie ?

Mangez uniquement ce qui vous « tente » vraiment. Et faites confiance à votre nez. Evitez de gouter ce qui "sent mauvais" pour votre nez.

La vaccination contre la typhoïde pour certaines destinations

Le pathogène de la typhoïde (Salmonella typhi) est transmis par les aliments et l'eau, en cas de contamination fécale. Une vaccination contre la typhoïde est conseillée en particulier lors de voyages dans des régions à risque (Afrique du Nord, Inde). Ceci s'applique surtout lorsque vous ne séjournez par dans un hôtel, mais voyagez plutôt sac au dos.

Il est très important que le vaccin soit réalisé à temps avant le départ en voyage, c'est-à-dire au plus tard 10 à14 jours avant le début des vacances.

Demandez conseil à votre médecin traitant ou rendez-vous dans un institut de médecine tropicale proche de chez vous.